AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chroniques de Hana

Aller en bas 
AuteurMessage
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Chroniques de Hana   Ven 27 Avr - 22:56

« Pardon, Monsieur ? Vous êtes sûr ? baisser le niveau d’inhibateurs chez nos Daïmorg ? »

La silhouette interloquée du chef de chantier se détachait nettement sur la grande baie vitrée donnant sur la carrière principale. Baignant dans la chaleur écrasante versée par la trop proche étoile nova H10, des milliers de carapaces noires luisaient sur les immenses parois verticales.

Tshot Saibyoc, percevait cette scène avec un détachement engourdi, comme si elle avait lieu au bout d’un très long tunnel. Il avait chaud.

Il s’entendit répondre d’une voix sourde :
« Faites ce que je vous dis. L’administration centrale vient de diffuser un rapport alarmant : les cas d’overdose se multiplient, notamment après plusieurs années d’absorption. Et vous connaissez l’âge moyen de notre troupeau de Daïmorg… Je suppose que vous n’avez pas envie de repartir à la chasse au Daïmorg dans les déserts équatoriaux ? moi non plus.
D’ailleurs le rapport précise qu’une baisse de 20% des inhibateurs n’a aucune influence sur des sujets âgés. »

Accaparé par les infimes variations de la douleur indolente qui lui vrillait le cerveau, Tshot Saibyoc n’avait pas envie de penser à ce qui se produisait quand un Daïmorg parvenait à dominer les drogues qui l’abrutissaient suffisamment pour refouler ses instincts de prédateur, tout en lui laissant la force et l’endurance nécessaire pour travailler dans les mines de minerais de
cette planète soi-disant « viable ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Sam 5 Mai - 22:33

En voyant ses mains se refermer sur le cou de cet homme,
Kamshiin se dit que ce qu’il faisait était mal. Cet humain qui portait, comme lui, l’uniforme des gardes de la carrière de Kwangsan ne lui avait rien fait. D’ailleurs il le connaissait à peine.

Mais le visage déjà violacé de sa victime lui paraissait si loin, comme au bout d’un long tunnel. Et il avait si chaud malgré les –20° de cette nuit d’été du pôle sud de Hana.

Il n’arrivait tout simplement pas à rassembler suffisamment d’énergie et de motivation pour réagir, pour empêcher ses mains d’agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Mer 9 Mai - 10:49

L'unité A61 n'était certes pas une unité d'élite, mais elle n'avait démérité dans aucune des missions qui lui avaient été confiées jusqu'ici. Cependant, ce jour là, sous un soleil de plomb, à un contre un face à une centaine de Daïmorg révoltés, elle ne faisait visiblement pas le poids. Une vingtaine de ses combattants étaient déjà morts dans des conditions atroces, et sa ligne de front ne tiendrait pas longtemps dans le relief tourmenté de cette carrière de deutérium.

Le capitaine Yukkundaiwi, qui commandait A61, se livrait à ces sombres réflexions quand un Daïmorg bondit dans la tranchée sommaire qu'il occupait, brandit ses mandibules et trancha d'un coup sec la tête d'un squad leader à deux mètres de lui. Rendu fou par l'odeur du sang, le monstre ne put s'empêcher de "goûter" sa victime. Il s'activa quelques secondes au-dessus d'elle, jouant des mandibules dans un bruit de succion insoutenanble. Le capitaine profita de cette diversion pour sauter en dehors de la tranchée et courut vers le reste de ses hommes.

Au même moment apparut dans le ciel le transport de troupes de l'unité A62. La lourde silhouette métallique manoeuvra rapidement en hurlant de tous ses moteurs pour atterrir à quelques dizaines de mètres de la ligne de défense. Yukkundaiwi poussa un cri de joie : enfin des renforts ! A61 allait peut-être pouvoir s'en tirer !

"Mais qu'est-ce que c'est que ces nazes ?" pensa le capitaine devant la démarche hésitante des premiers soldats qui débarquaient du véhicule.

Ces derniers firent alors feu sur les survivants d'A61, qui périrent tous en quelques secondes. Ils déchaînèrent leurs armes avec détachement, engourdis par la douleur d'une migraine épouvantable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Lun 14 Mai - 12:07

Déborah Kim vérifia sa tenue. Elle savait qu'elle devait une grande partie de l'audience de son journal télévisé à la profondeur de ses décolletés et à la transparence de ses tenues en plastiflex. Elle était même allée jusqu'à se faire greffer un magnifique troisième oeil sur le front pour ne pas laisser indifférente la population Naxis de la région de H10. Objectif atteint, évidemment.

"Diffusion en direct dans 15 secondes", transmit une voix nasillarde dans son oreillette.
D'un battement de cils langoureux, Déborah activa son prompteur intra-rétinien.

"Beuark", pensa t'elle, "encore des histoires de cafards. Et encore des magouilles au sénat. Super journée".

"Diffusion !"
"Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, entités hermaphrodites et assexuées, orangido onnda. Bienvenue sur le journal de Hana 24.
Ce matin à la une : nouvelles attaques de daïmorgs et retrait de Hana du sénat."

L'indicateur d'audimat chutant immédiatement de 12%, Déborah pencha légèrement le buste en avant... L'audimat afficha immédiatement un timide +4%.

"La révolte des daïmorg des mines de deutérium de H10-2 se poursuit et les autorités ont annoncé la perte, il y a deux jours (échelle 24H de Hana) de deux unités de gardes nationaux. Les services de sécurité affirment néanmoins maîtriser la situation."

Audimat moins 5%. Déborah Kim apparut à l'écran en contre-plongée et de trois-quart arrière ; le plastiflex laissait deviner des dessous blancs très sages. Audimat +9%.

"L'isibpal vient d'annoncer le départ de la République de Hana du sénat à la suite de plusieurs séances mouvementées où un certains nombre de divergences sont apparues avec la majorité du sénat, notamment sur la question de la protection et la représentativité du sénat et sur divers appels au génocide."

Audimat -20%. Déborah enclencha son gonfleur de lèvres intégré. Cela allait vraiment être une dure journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Ven 18 Mai - 23:36

« Chez Joe » était un endroit sympathique. Niché sur un morceau d’astéroïde, ce bar un peu sordide attirait tout ce qui se faisait de plus loufoque en matière de déjantés intergalactiques. Il s’agissait pour la plupart de « blackhole surfers » attirés par Haïa, un énorme trou noir proche de la nébuleuse de Kurum.

Il y en avait de toutes sortes : des frimeurs flamboyants, constamment plongés dans la narration passionnée de leurs exploits, mais qui n’avaient bien souvent par osé approcher l’étoile effondrée à moins de quelques milliers de kilomètres ; des rêveurs sans le sou, toujours prêts à embarquer dans le plus improbable des esquifs pour pouvoir faire le grand saut – à leurs risques et périls- ; des Lais taciturnes, le duvet souvent calciné, blasés par leurs expériences déraisonnables de baisers avec l’étoile noire ; et une multitude de représentants de presque toutes les espèces, tous plus allumés les uns que les autres.

Le Grand jeu, celui qui donnait le Grand frisson ou à tout le moins vous garantissait le respect de vos camarades de bouteille de « Chez Joe », c’était évidemment d’approcher le plus près possible de « l’horizon des évènements », la surface du trou noir, sans être grillé par les radiations de tout le bric-à-brac stellaire qui disparaissait quotidiennement vers la singularité gravitationnelle et sans être trop cisaillé par l’effet de marée. Certains y restaient scotchés pendant des années et redescendaient « Chez Joe » triomphants, plus vieux d’à peine quelques jours grâce au différentiel temporel…D’autres, moins chanceux, plus fous ou moins prévoyants, finissaient dans l’étoile, fauchés par un astéroïde ou trahis par une avarie mécanique… Les plus téméraires fonçaient vers le trou noir pour un touch-and-go aléatoire avec les premiers effets de cisaillement…

Tout cela formait une petite communauté échevelée et bonne vivante, profitant au jour le jour d’un surf probablement sans lendemain. Les serveuses n’étaient pas farouches, les alcools et leurs équivalents reflétaient toute la variété de la galaxie…

Un soir particulièrement animé où plusieurs miraculés avaient payé leur tournée générale et où toutes les hôtesses dansaient sur les tables, la nouvelle se répandit soudain qu’une corvette remplie de Daïmorg venait d’accoster au quai principal. Les Daïmorg n’étant pas réputés pour leur grande « surf attitude », même repus, une panique indescriptible s’empara de la clientèle. Personne n’eut, en fait, le temps de s’enfuir avant l’entrée de deux doryphores de cinq mètres dans la salle principale.

Visiblement préoccupés (c’est à peine s’ils grignotèrent au passage une ou deux clientes), ils s’avancèrent jusqu’au comptoir, y déposèrent un antique haut-parleur en bakélite, puis disparurent comme ils étaient venus.

Quelques minutes plus tard, les hôtes de « Chez Joe », médusés, virent la corvette des Daïmorg s’enflammer en approchant de l'étoile noire puis disparaître sous l’horizon des évènements, tandis que le vieux transistor crachouillait un slogan incongru : « Blattaaaah blakhbaaaaarl ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Lun 21 Mai - 11:10

« Orangido onnda. Voici le journal de Hana 24. »
L’audimat fit un bond de 23%, probablement dû à la nouvelle tenue de Déborah Kim, en plastiflex rouge très très transparent.

« Une information divulguée ce matin par le Canard cryogénisé agite actuellement la communauté politique à l’Assemblée hanaéenne et sur les territoires extra-atmosphériques. Selon une source anonyme au sein des milieux sécuritaires, l’isibpal aurait prit l’initiative d’accepter de payer un tribut à l’Empire Urian. A la suite du départ de l’ambassadeur Ô du sénat, la République de Hana aurait en effet fait l’objet de pressions discrètes accompagnées de menaces d’invasion du Sauveur si elle refusait de faire acte de soumission.
Le débat fait rage pour savoir si l’isibpal était bien mandaté pour une décision d’une telle portée, et pour définir quel niveau hiérarchique est impliqué dans cette affaire. »

Audimat moins 12%. En passant au sujet suivant, Déborah Kim, toujours très professionnelle, saisit du bout des doigts la fermeture éclair qui fermait sa tenue et la fit glisser distraitement jusqu’au nombril. Audimat plus 25%…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Ven 1 Juin - 1:16

La voûte céleste était limpide. Un azur profond rejoignait l’horizon dans toutes les directions où se portait le regard à l’exception de l’est, où la disparition de la géante rouge H-11 laissait encore une irisation indigo. Une chaîne de montagnes lointaine accrochait encore des reflets sanguins sur ses sommets les plus élevés. Une patrouille de corvettes légères commença à griffer le zénith de longues traînées de condensation.

Au centre de la large plaine marécageuse était échoué, tel un lombric gigantesque et jaunâtre, un vaisseau de colonisation de type Saram II. De ses flancs s’échappaient en flots continus des milliers de modules automoteurs d’implantation. Ces gros véhicules carrés, équipés d’énormes roues et de tout un attirail industriel protégé par des boucliers, filaient à fond de train dans toutes les directions, formant une grande étoile à mille branches autour de la grosse carcasse déjà rouillée. Ils serviraient de lieux d’habitation à la toute première génération de pionniers de « Tetra Sydney ».
Tel était le nom peu original qu’avait attribué un fonctionnaire quelconque à l’agglomération sensée naître à ground zéro, le site d’atterrissage du colonisateur.

Bienvenue, tshal ossyoseumnida, welcome, dans ce nouveau monde. Vous aurez à y résister aux nuits à moins 80 degrés, aux étés de feu trop près de l’étoile, aux geckos-harpons, aux bactéries antracitae et peut-être même à quelques daïmorg… Il vous faudra vous méfier des épidémies, des rivalités internes et des guerres civiles, des idées empoisonnées des leaders raciaux, des idéologues et des intégristes religieux. Alors peut-être un jour aurez vous construit un monde meilleur, celui dont vous avez rêvé, celui qui vous a poussé un jour à tout abandonner pour acheter pour quelques crédits une concession, ici, à Tetra Sydney.
Peut-être… surtout si la mort ne surgit pas de l’espace, un beau matin, les ailes rutilantes de haine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Sam 2 Juin - 9:52

La nébuleuse de Kurum jetait une lueur brune orangée sur le dernier anneau de la planète autrefois connue sous le nom de «P001». Constitué en grande partie de rochers d’un diamètre de plusieurs mètres et tournant sur eux-mêmes à grande vitesse, cet anneau dégageait une atmosphère indéfinissable, comme sauvage et menaçante, en particulier pour un observateur situé à quelques kilomètres de sa surface. Il apparaissait comme une mer grumeleuse et grouillante, en perpétuel mouvement, parcourue de violents courants concentriques.

Le spacecommando
Yongam Han n’aimait pas cet éboulis volant. Il l’aimait d’autant moins qu’il n’ignorait pas, comme tous les membres du 1er régiment de spacecommandos, que ce machin était constitué à hauteur de 30% des débris de l’ex-entité «Matrice 156». Cette aberration cybernétique avait disparu voilà plus d’un cycle, probablement écrasée sous le poids des monstrueux besoins en énergie générés par sa croissance chaotique et incontrôlée. Cependant, les scanners avaient détecté de nombreuses traces d’activité électromagnétique résiduelle, et il était nécessaire de nettoyer l’anneau de particules avant d’aller voir sur la surface de la planète si le grand méchant robot fou y était encore…

« Vous êtes la meilleure unité de Hana, la fierté de la République », avait dit le général. « Ces cailloux remplis d’électroménager en panne : une vraie rigolade pour vous ! »

Mouais. Déjà cent commandos perdus en huit heures, deux compagnies au tas ou non opérationnelles. Et seule la frange extérieure avait été abordée…

Yongam Han se laissait descendre en douceur vers le cœur de l’anneau, comme un millier d’autres dans un rayon de dix kilomètres. C’était la nouvelle idée géniale de l’état-major : sauter partout et en même temps. Un petit coup de rétropropulseur dorsal à droite, deux coups à gauche, il se donnait de la peine pour tomber pile sur le point d’insertion qui lui avait été attribué. Pas le temps d’admirer le paysage : en haut, la meute couleur acier terne des transports de troupe ; en bas, la mer rougeâtre et hérissée ; au milieu, les centaines de minuscules lueurs scintillantes du régiment qui descendait lentement vers l’inconnu. Et en fond de tableau, au-delà de l’anneau, la surface sinistre, calcinée, de la grande planète morte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Mar 5 Juin - 23:27

Yongham Han posa le pied sur un astéroïde du dernier anneau de P001 au moment ou le soleil du système dardait ses premiers rayons sur l’horizon incurvé de la planète morte, jetant une lumière crue sur le champ de roches en mouvement. Il progressa rapidement d’une centaine de mètres dans la profondeur de l’anneau en prenant appui sur les rochers les plus gros et les plus stables.

« Prévalence métallique 70%, Han. Activité électromagnétique positive. Prévalence métallique 80%, Han… » Une douce voix féminine susurrait langoureusement ces mots à son oreille depuis quelques minutes.
Han grimaça en mettant ce signal d’alarme en sourdine. Il se demandait toujours quel vice poussait les informaticiens à programmer les intelligences artificielles des combinaisons de combat avec des voix si suggestives. Elles semblaient vous dire « Viens au lit, chéri » tout en vous annonçant les pires catastrophes. Ces gadgets le faisaient flipper.

Il cligna des yeux. Les mouvements des astéroïdes faisaient alterner en permanence les zones d’ombre et de lumière intense, et les pare-soleil de son casque n’arrivaient pas à suivre le rythme. Une pierre grosse comme le poing frappa sa combinaison et le déséquilibra quelques secondes. Il fallait qu’il se concentre.

« Prévalence métallique critique, Han. Prévalence métallique critique, Han… »
La voix semblait au bord de la pamoison, ce qui indiquait sans l’ombre d’un doute un danger imminent. Han regarda frénétiquement dans toutes les directions. Rien. Il s’adossa à un gros astéroïde pour scanner méthodiquement les environs.

« Activité électromagnétique en augmentation de 150% dans les deux dernières minutes, Han. »
C’était à n’y rien comprendre. Cependant, il était plus prudent de rester mobile. Han enclencha ses rétropropulseurs. Ceux-ci vibrèrent un instant puis se turent. Inquiet, le spacecommando voulut donner une impulsion de ses deux pieds pour quitter la roche à laquelle il était adossé. Impossible. Sa combinaison semblait coincée, encastrée dans la roche. Sa respiration s’accéléra.

« Intrusion système, Han. Propulseurs obturés. Fuites d’oxygène multiples. Seuil critique dans quatre minutes. Prévalence métallique critique. Intrusion système, Han. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Jeu 7 Juin - 11:17

« Procédure d’urgence alpha dans huit secondes. Je suis désolée, Han. Procédure d’urgence alpha dans quatre secondes. »

Déjà suffocant, paralysé par la force qui collait sa combinaison à l’astéroïde, le spacecommando Yogham Han se remémora fugitivement la définition de la procédure d’urgence alpha. Il s’agissait d’un programme d’autodestruction des combinaisons de combat quand leur intelligence artificielle estimait que les fonctions vitales du combattant allaient être exposées à des dommages irrémédiables. C’était une mauvaise nouvelle.

« Deux secondes, Han. »

Un éclair bleuté envahit la conscience de Yongham Han.

Quelques instants plus tard, il reprit connaissance. Il flottait, apparemment. Dans le noir. Curieux, il voyait ça différemment, l’enfer. Allait-il devoir trimbaler cette combi pour l’éternité ?
Il tombait. Mais vers quoi ? Une lueur verdâtre chatoyait dans le lointain, sous ses pied.
Sa chute s’accéléra et il découvrit, horrifié, qu’il s’agissait d’un grand crâne humain, immobile et seul dans l’obscurité. Gris, fissuré et recouvert d’une fine pellicule de moisissures, il semblait ricaner silencieusement en agitant sa mâchoire inférieure.

« Xeeeeeeeeeeeeeeeeennnnnnnnnnnnnnnnnooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo !», murmurait une voix éraillée. Han n’était pas certain qu’elle émanait du crâne qui se rapprochait de plus en plus rapidement. Ce murmure lui rappelait de façon terrifiante sa condition de Naxis et la haine que lui vouait en conséquence une partie de l’humanité. Il fit quelques dérisoires mouvements de brasse pour tenter d’échapper à l’impact…

Il n’y eut pas d’impact. Juste un bruit de chairs écrasées, puis le craquement d’os en train d’être broyés.
«Mon Dieu, mes jambes», pensa Han, alors que l’énorme mâchoire mastiquait consciencieusement l'équivalent Naxis de ses tibias à travers sa combinaison de combat.
Du sang commença à jaillir. De grands jets de sang orange. Il y en avait trop. Bientôt le crâne et ses grandes mâchoires commencèrent à disparaître sous ces flots d’hémoglobine Naxis. Han entendit un battement d’aile.

L’apparition de la courbure sinistre et noire de la planète P001 dans la vitre de son casque lui confirma qu’il était toujours de ce monde. Le crâne avait disparu.


« Yongham? » c’était Chingu, son coéquipier. Penché au-dessus de lui, Chingu le dévisageait avec inquiétude. Il tenait encore à la main la goupille de la grenade à impulsion électromagnétique qui avait libéré Han de la chose cybernétique qui l’emprisonnait.
Ces joujoux nucléaires–à n’utiliser qu’en cas d’urgence- pouvaient faire quelques dommages collatéraux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Mar 12 Juin - 11:10

Déborah Kim était allongée sur la table du journal de Hana 24. Avec une nonchalance calculée, elle tripotait ses fiches, le menton appuyé sur un poignet. Cette posture mettait en valeur ses longues jambes, impudiquement dévoilées par une microjupe en plastiflex opaque. Pendant le générique, l’audimat afficha un frémissement de +3%.

« Orangido onnda, très chers spectateurs. Bienvenue dans notre journal…
Le mouvement de rébellion des Daïmorgs, aujourd’hui connu sous le nom de « révolte des starblattes », a été éradiqué des mines équatoriales de Hana, mais vient de s’étendre à deux planètes du système de colonies H-11.
(Œillade très sérieuse à la caméra, battement de cils super-lent)
Ce matin, un enregistrement video-data émanant de ce mouvement a été diffusé à toutes les chaînes de TV régionales. Néanmoins, du fait du caractère extrêmement violent de certaines scènes, la direction de Hana 24 a préféré n’en diffuser que quelques extraits. Il s’agit d’un manifeste de la pseudo-cause de cette rébellion entrecoupé d’exécutions sommaires d’individus de la plupart des ethnies pensantes de la galaxie.
(Déborah Kim laissa couler une larme, sur-jouant un peu la belle fragile et désespérée. Elle s’éclaircit la voix…)
L’idée générale qui ressort d’un discours semé de citations obscures est que les Daïmorgs rebelles se réclament d’un retour à la vérité du Culte du Sauveur. Pour eux, ce culte aurait été détourné par les humains, et l’empire Urian en particulier, pour assurer leur propre survie, alors qu’à l’origine, le Sauveur aurait choisi les Daïmorgs pour atteindre la pureté de l’univers. (Moue désapprobatrice)
Mais voici un extrait où l’on aperçoit celui qui se présente désormais comme leur leader, BugSsi Sigal :

(Un grand scarabée apparaît à l’écran. A travers ses mandibules filtre un charabia proche de la langue uriane, retraduit en simultané -et assez approximativement- par un petit transistor en bakélite jaunâtre vissé sur son thorax.)

« Mwa Sôveurh. Sôveurh AIME people. ARF ARLL. People y a bon manger, souvan. Mé people pah purh ! Pas boh. Daïmorg purrrrh chouchou sôveurh. People moorir bientoh. RAaâaH. Lais moorir. Naxis moorir. Paskhe Daïmorg PAAAWWAAA ! ARRLLL. Blatahblakbahr ! »

Parallèlement, le traducteur en bakélite crachottait d’une voix guindée et nasillarde :
« Inclinez-vous devant le Vrai Sauveur ! Le Sauveur vous aime, peuples de la Galaxie. Il vous aime parfois même trop ! Cependant : repentez-vous, courbez-vous vers le sol, cachez votre face imparfaite devant les seuls êtres purs, les Daïmorgs, que modela autrefois le Sauveur à son image ! Préparez vous à mourir : humains, Lais, Naxis, car voici un monde meilleur habité par les meilleurs. Vive le Sauveur ! »

L’audimat en chute libre amorça une tiède reprise lorsque cette séquence répugnante fit brutalement place à un gros plan sur les lèvres bleues cobalt de la présentatrice-star, si brillantes que tous les spots du studios semblaient si refléter.
« Public a-do-ré, nous interrompons ce reportage dégoûtant pour vous annoncer un retour du beau temps d’ici une heure et trente sept minutes sur les plages australes d’Akapulco-48 ! A vos maillots ! Blabla blablabla balablabalabla…. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Mer 13 Juin - 22:28

L’atmosphère de la planète H11-9 jetait des reflets émeraude sur les flancs de la frégate et de ses corvettes d’accompagnement. La silhouette racée de cette frégate de type « Tize » s’articulait nettement autour de ses deux canons à ions et des deux grands sas d’éjection des missiles. Tendus vers l’avant tels les flèches acérées d’un harpon de plusieurs centaines de tonnes, ces systèmes d’armes étaient équilibrés à l’arrière de la structure par les cinq moteurs « Héliade » et le massif module de saut hyperespace. Au centre, quelques protubérances vaguement sphériques trahissaient la présence des modules de vie, juste en dessous de la fine raie de lumière bleue cathodique de la baie principale de la passerelle de commandement. La robe grisâtre zébrée d’ombres anthracites de l’appareil n’était entachée que de quelques rares logos de sécurité et par le sigle de Hana écrit en caractères paléo-Han.
Un lourd cargo de deutérium raffiné s’élevait péniblement de la surface en direction de la petite flotte. Un instant, la frégate projeta son ombre sur ses flancs bombés et blanchâtres
, soulignant la laideur pataude du vaisseau utilitaire comparée à la grâce dangereuse des appareils de combat qui l’entouraient.
Les corvettes s’écartèrent agilement et cinq flexibles de plusieurs mètres de diamètre surgirent des flancs du cargo pour s’encastrer avec précaution dans des diaphragmes ouverts sous la structure de la frégate.

Les échanges radio VHF emplissaient le silence de la passerelle de leurs voix déformées par les parasites et entrecoupées de signaux de fin de transmission…

« Cargo Charlie Oscar 4542TME5620, arrimage OK. Dispositif anti-explo OK. »
« Fox-trot HANA HSS Sejong, copy. Dispo anti-collision en ligne. Ready ? »
« Cargo Charlie Oscar 45, copy. Ready. C’est parti, bonne réception. »
« Fox-trot HANA Sejong, copy. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Ven 22 Juin - 9:55

Le capitaine de frégate Yukkundaiwi flottait dans la passerelle de commandement de la frégate, absorbé dans ses pensées. Les esquifs de taille moyenne de la flotte hanaéenne disposaient rarement d’un apesanteur artificiel. Cela avait l’avantage d’alléger la structure et permettait à l’équipage de rester efficace même en cas d’avarie grave pendant un combat. Une dizaine d’opérateurs s’affairaient dans une semi-obscurité, le visage de temps en temps fugitivement éclairé par les lueurs bleues ou ocres des écrans de leurs consoles. Absent, Yukkundaiwi jouait machinalement avec la data-carte de condoléances des forces extra-atmospériques de Hana, reçue quelques heures plus tôt. Elle présentait les regrets de l’armée pour la mort de son jeune frère à la tête de l’unité A61, dans l’un des premiers combats de l’actuelle révolte de Daïmorg, la plus grave depuis une cinquantaines d’années (galaxy time).
Il revivait leur enfance insouciante, il ressassait des souvenirs d’instants précieux baignés dans l’atmosphère feutrée des longs automnes ensoleillés du continent nord de Hana.

Il se ressaisit et fit un effort pour s’intéresser à la routinière manœuvre de recomplètement en deutérium.

« Alors, lieutenant ?
- Rien à signaler, commandant. »
Trois signaux rouges clignotèrent sur la console de l’officier de quart.
« Correction, commandant : les filtres des vannes 2, 4 et 5 indiquent un taux de matière organique dans le mélange de presque 5%. Ces colons essaient de nous refourguer du deutérium frelaté ! Que ne feraient-ils pas pour grappiller trois centimes de crédits ?
- Fermez les vannes, lieutenant.
- Reçu, commandant. Tiens ? Les vannes 4 et 5 ne répondent pas …
- Pardon ?
- Impossible de les fermer.
- Ok. Désarrimage d’urgence.
- B… bien commandant. Désarrimage d’urgence enclenché. Boucliers inférieurs activés. »

Cinq détonations étouffées furent perçues quelques secondes plus tard sur la passerelle de commandement. L’extrémité sectionnée d’un des cinq gros flexibles d’approvisionnement en deutérium du cargo flotta paresseusement devant la baie principale du poste de commandement. L’équipage du cargo semblait totalement pris au dépourvu et n’avait pas encore tenté de contrer la dérive du gros vaisseau.

Le capitaine de frégate reprit sur un ton las :

« Faites mettre immédiatement l’équipage en tenue de combat pressurisée. Faites fermer les cloisons étanches. Procédure anti-abordage.
- Excusez-moi, commandant : mais… je ne vois aucun vaisseau d’abordage sur les scanners…
- le flexible », lâcha son supérieur en quittant la passerelle en direction de ses quartiers.

L’officier de quart verrouilla son casque puis demanda un zoom à 200 % sur le gros tuyau qui flottait encore lentement non loin de la baie, telle une tentacule difforme et sans vie. Il fronça les sourcils. Un objet effilé dépassait de deux mètres du bord intérieur de l’extrémité du cylindre jaunâtre. Calciné et déformé par les cisailles pyrotechniques du désarrimage d’urgence, il restait reconnaissable : un membre de Daïmorg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Dim 8 Juil - 1:15

Mélinda Crushe était loin d’être une intellectuelle (Elle avait jeté l’éponge après seulement un trimestre de socio). Mais c’était tout à fait le genre de blonde pulpeuse qui convenait au journal d’une chaîne régionale comme H-10 TV, surtout depuis que Déborah Kim avait bousculé l’audimat avec son concept de « Kiss news ».

En ces temps troublés, il était cependant difficile pour une petite chaîne de tenir le téléspectateur moyen collé à son holoécran, alors qu’il était surtout accaparé par des questions aussi terre-à-terre que la dernière rumeur de débarquement
daïmorg dans son quartier ou la façon dont il allait trouver de quoi nourrir sa famille dans le chaos économique ambiant.

C’est pourquoi cela faisait bien une semaine que la rédaction avait demandé à Miss Crushe de travailler topless, et son petit air inquiet – qui semblait dire « Mais que vont-ils me demander la prochaine fois ? » - accomplissait des miracles auprès de l’audimat moribond.

« Mesdames, messieurs, entités diverses et hermaphrodites, bienvenue sur notre réseau.
Ce matin, le gouvernement temporaire d’urgence a annoncé qu’à partir d’aujourd’hui à 00H00 les taxes sur l’énergie, la production et la procréation artificielle étaient multipliées par 12. L’occupation de la planète capitale Hana par les milices daïmorg de BugSsi Cigal, il y a trois jours, a en effet privé les autorités d’une partie des finances nécessaires à la gestion de la situation. Le Premier ministre intérimaire a par ailleurs réitéré ses appels au calme et rappelé que tous les mouvements de foule seraient sanctionnés par des tirs sans sommation.

(Sourire timide. Ce que c’était chiant, la politique.)


En politique extérieure, on nous signale à l’instant que la planète Uria a littéralement disparu. Il s’agirait, selon les experts, d’un effet collatéral de frappes massives qu’auraient exécuté plusieurs flottes apparues récemment en orbite basse de l’ex-capitale de l’empire Urian. D’après les registres intergalactiques, le code de ces flottes les désignerait comme faisant partie de l’escadre « Morgenstern », disparue il y a plus de deux cents ans. Ce qui est évidemment impossible. Nous vous tiendrons au courant de nos recherches sur cette macabre supercherie.

Mais passons au programme de ce qui s’annonce comme une belle journée, puisqu’on ne nous a signalé, pour l’instant, aucun atterrissage de milice daïmorg depuis plus de 24 heures… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Jeu 19 Juil - 22:22

Melinda Crushe était violette. En (très) petite tenue, elle tentait comme tous les jours de présenter la météo des dernières planètes apparemment encore à peu près contrôlées par le reliquat de l’administration hanaéenne, mais aucun son ne sortait de ses jolies lèvres vert-sauterelle. En effet, une des antennes du Daïmorg qui se tenait près d’elle lui enserrait le cou et ne semblait pas prête à relâcher son étreinte. De son autre antenne principale le grand scarabée s’amusait à lui titiller le bout des seins, apparemment ravi des spasmes d’horreur que cela déclenchait chez cette pro de l’audimat. Ce dernier atteignait d’ailleurs des records, ce qui aurait donné à réfléchir aux responsables de la chaîne s’ils n’avaient pas déjà détallé en orbite.

Une série de chuintements désagréables filtra de ses mandibules velues pendant que l’habituel haut-parleur en bakélite jaunâtre vissé sur son thorax énonçait d’une voix nasillarde :

« Un peu de calme, appétissante damoiselle. Vous n’avez rien à craindre : je suis BugSsi Sigal ! …Je profite du temps qui m’est imparti sur cette amusante antenne pour exprimer mon plus profond respect et mon admiration inégalée pour le Seigneur Morgenstern. Ses magnifiques derniers exploits prouvent de façon éclatante aux yeux des multitudes daïmorg sa nature divine de Grand messager du Saint Sauveur originel. Comme nous, c’est évident, il est ici bas pour accomplir la très noble tâche de purification de l’univers, promise il y a tant de siècles et de siècles.

Titanesque Seigneur Morgenstern, si vous m’entendez, pardonnez mon incommensurable insolence, et permettez-moi, s’il vous plait, de considérer l’humble entreprise d’autodafé des formes vivantes entamée par les multitudes daïmorg comme une infime et misérable contribution à votre sublime besogne ! j’adore ce que vous faites ! je vous aime ! »

Bavant d’émotion, le grand scarabée se jeta sur Miss Crushe. Différents fluides vitaux éclaboussèrent la caméra, pulvérisant les records d’audimat d’un monde à l’agonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isibpal
Ethnie inconnue
isibpal

Nombre de messages : 49
Localisation : Hana
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   Dim 22 Juil - 17:13

Cela sentait l’humain. BugSsi Sigal agita ses antennes en tous sens pour mieux absorber les délicieuses molécules d’odeur qui flottaient dans la passerelle de commandement de l’ex-frégate hanaéenne HSS-Sejong.
Evidemment, que ça sentait l’humain. Pour calmer l’impatience de ses troupes affamées,
Sigal venait une fois de plus de lancer une partie de « criquet ». C’était un jeu on ne peut plus simple, mais distrayant (surtout pour un Daïmorg) : après avoir rassemblé l’équipage dans la zone « vie », on lâchait un prisonnier quelque part dans le dédale complexe du vaisseau de combat. Le Daïmorg qui le rattrapait le premier était élu grand « Criquet » de la journée et avait le droit de dévorer sa proie devant le reste de la troupe. Excitation garantie.
En fin connaisseur,
Sigal estima la proie du jour à au maximum une quarantaine d’année, de type caucasien, de sexe masculin, en bonne forme physique...
Et si, lui aussi, il participait à la chasse, pour une fois ?

Immédiatement, son champ de vision se réduisit à un tunnel sombre, ce qui, en pratique, rendit aveugle les trois quarts de ses facettes oculaires. Une intense douleur parcourut sa tête cornue.

« Oui…d’accord : d’abord génocider», crachotta son haut-parleur en bakélite, alors qu’il jetait un regard sur la planète qui apparaissait dans la baie vitrée de la passerelle de commandement.
Les frappes orbitales avaient cessé et les transports de troupes tombaient nonchalamment vers la surface brunâtre en dessinant de longues traînées incandescentes dans l’atmosphère surchargée en phosphore.

Cette douleur, il la connaissait bien. Elle lui avait apporté la lumière de la conscience, il n’y avait pas si longtemps, quand il n’était qu’un obscur ouvrier des mines de deutérium de la barrière équatoriale de
Hana. Elle lui avait donné un savoir qu’il n’avait jamais acquis. Elle lui avait permis de prendre la tête de la grande révolte des Daïmorg. Elle l’y avait poussé, en fait. Quelle chance et quel honneur.
Cependant, c’était parfois pénible d’héberger un dieu dans sa tête.
BugSsi Sigal agita une dernière fois voluptueusement ses antennes et tenta de ce concentrer sur les petites lueurs compliquées de la console censée le renseigner sur le déroulement de la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chroniques de Hana   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques de Hana
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Chroniques d'un retour en Auvergne
» [Fluff perso] Les Chroniques d'Yggdrasil
» Chroniques Oubliées - Mini campagne médiéval fantastique pour joueurs débutants
» Chroniques d'un eldar noir (2000 pts) [genèse de listes, résumés de parties, ...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Section RP :: Autres-
Sauter vers: